mardi, 28 juin 2011

Martine Aubry 2012


Martine Aubry candidate à la présidentielle par martineaubry

Redresser la France, rassembler les Français dans la justice

Mes chers compatriotes,

J’ai souhaité aujourd’hui m’adresser à vous.

Dans moins d’un an a lieu l’élection présidentielle. La France a rendez-vous avec la démocratie, c’est-à-dire avec elle-même.

Notre pays subit de grands désordres, désordre économique, désordre budgétaire, désordre social, qui entraînent d’autres désordres dans les vies comme dans les lieux de vie. Un pouvoir enfermé dans ses certitudes, a touché à tout sans rien régler.

Je le dis : on ne peut pas innover, créer, soigner, éduquer, et soumettre ces nécessités vitales aux seules lois du marché. On ne peut pas critiquer le pouvoir financier, tout en le laissant continuer ses pratiques détestables. On ne peut pas protéger les Français en imposant les recettes libérales qui les fragilisent.

On ne gouverne pas en opposant les jeunes aux plus âgés, les travailleurs aux chômeurs, les Français aux étrangers. On ne préside pas la France sans porter haut ses valeurs et son identité, qui ont fait l’admiration du monde. Derrière l’apparence de l’énergie, trop souvent confondue avec l’agitation, ce pouvoir a surtout une réalité : une politique injuste exclusivement menée au profit des privilégiés.

Il est temps, il est grand temps que cela change vraiment.

Je veux rendre à la France sa force, sa sérénité, son unité.

Je veux redonner à chacun le goût de l'avenir et l'envie d'un destin en commun.

Aussi, j’ai décidé de proposer ma candidature à l’élection présidentielle.

***

Oui, la France connait des heures difficiles. Mais je suis résolue à me battre de toutes mes forces pour lui redonner avec vous un avenir. Il n’est pas de plus beau combat, il n’est pas de mission plus noble.

J’ai la conviction que face aux multiples défis de notre monde, une vision claire, une action cohérente et un langage de vérité permettront de récréer de la confiance, de redresser notre pays et de le rassembler dans la justice. La peur, le repli sur soi et le défaitisme : ce n'est pas la France!

- Je vous le dis ici dans ma ville de Lille, capitale d’une grande région industrielle où rien n’a jamais été donné, où tout a été conquis par le courage des femmes et des hommes. Lille, terre d’hospitalité pour ceux venus d’ailleurs, qui contribuent aujourd’hui à notre prospérité. Lille, que j’aime tant, qui m’a tant donné et qui m’a tant appris.

- Je vous le dis en m’appuyant sur ce que j’ai de plus cher, les valeurs transmises par ma famille : la morale, le sens de la justice et le goût des autres. Je puise ma force dans mes convictions de toujours, celles de la République et celles de la gauche. Pour moi, la liberté rime avec l’égalité, pour donner à chacune et chacun les moyens de construire sa vie. Pour moi, seule la fraternité permet une société apaisée où chacun donne le meilleur de lui-même aux autres. Pour moi, la laïcité est une valeur inestimable que nous devons protéger précieusement.

- Je le dis aussi après trois années de travail à la tête du Parti Socialiste, confiante dans le grand projet du changement que nous avons préparé tous ensemble pour répondre à vos attentes et aux besoins du pays. J’ai vu, j’ai entendu, j’ai écouté, j’ai échangé avec beaucoup d’entre vous.

Les difficultés et même la colère sont là, mais le désir d’agir pour que notre pays retrouve un sens est puissant. Nul n’ignore la situation réelle de la France et la dureté de la crise. Nous aurons des efforts à réaliser, mais je m’y engage, ils seront justement répartis. On ne peut pas demander toujours plus à ceux qui ont peu et donner à ceux qui ont déjà tout. Tout ne sera évidemment pas possible tout de suite, mais nous reprendrons ensemble le chemin du progrès.

***

- Je m’adresse à vous aujourd’hui pour vous dire que je veux relever le défi d’une France innovante, compétitive et écologique.

Nous avons des ressources puissantes pour être dans le peloton de tête des nations. Nos ouvriers, nos employés, nos cadres, nos agriculteurs, nos entreprises, nos chercheurs, nos artistes, nos créateurs débordent de compétences, d’imagination et d’initiatives. Nos jeunes sont énergiques et créatifs. Il faut leur faire confiance et leur donner les moyens de leur autonomie.

Nous avons tous les atouts pour réussir dans la compétition mondiale en bâtissant, dans une France conquérante, un nouveau modèle économique, social et écologique, qui donnera à la France une génération d'avance.

- Je veux aussi restaurer la justice associée à la promesse républicaine.

Les Français doivent pouvoir vivre de leur travail, avec des emplois qui valorisent et permettent de progresser. Les jeunes doivent pouvoir faire des projets de vie et de travail. Les parents doivent pouvoir éduquer et protéger leurs enfants.

Chacun doit avoir accès aux soins et à un logement digne. Nos anciens ont droit à une retraite décente et à une prise en charge de la perte d’autonomie par la solidarité nationale. La sécurité qui est un droit essentiel, doit être assurée : le gouvernement utilise l’insécurité pour faire peur, moi je veux la combattre. Nous nous appuierons sur des services publics rénovés, attentifs à chacun, et sur une fiscalité juste.

Je vous promets de nouvelles conquêtes. L’égalité des droits pour tous, et d’abord entre les femmes et les hommes, doit enfin devenir une réalité. La culture doit être mise en avant pour nous inspirer, nous faire grandir et nous réunir.

- Je veux enfin que notre pays retrouve toute sa voix dans le monde.

La France ! Notre France, avec une diplomatie et une défense respectées, doit œuvrer pour la paix, la démocratie et la prospérité du monde!

Et aussi pour l’Europe ! Vous le savez bien, l’Europe est pour moi un combat de toujours. Mais je veux une nouvelle Europe, une Europe qui produit et qui protège, une Europe qui fait respecter de nouvelles règles dans le commerce international, une Europe forte et en même temps solidaire.

***

Redonner à la France son poids et sa voix, rassembler dans la justice, tout cela sera possible grâce à un vrai souffle démocratique : une présidente qui préside, un gouvernement qui gouverne, un parlement renforcé et respecté, l’indépendance de la justice et des médias assurée, des syndicats et des associations au cœur du changement, une nouvelle décentralisation réelle et démocratique. Il faut oser la démocratie jusqu’au bout, comme nous le faisons avec nos primaires citoyennes !

Mes chers compatriotes de la métropole et des Outremers,

Nous rêvons d’un véritable changement au profit de tous, un changement où les mots se transforment en actes.

Je suis enthousiaste à l’idée d’aller à votre rencontre.

Je veux plus que tout rassembler, rassembler aujourd’hui les femmes et les hommes de gauche, les écologistes et les humanistes, pour que demain en 2012 nous puissions rassembler les Français et la nation toute entière.

Avec votre soutien, avec votre confiance, je prends aujourd’hui devant vous l’engagement de la victoire en 2012.

Vive la République !

Vive la France !

***

Seul le prononcé fait foi

 

Publié dans Homo Politicus | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : martine aubry, 2012, ps | |

jeudi, 31 mars 2011

Claude Bartolone réélu président du conseil général de Seine-Saint-Denis


Claude Bartolone, réélu président du Conseil... par Seine-Saint-Denis

Publié dans Homo Politicus | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : claude bartolone, cg 93, ps | |

dimanche, 20 mars 2011

Nicolas Sarkozy, directeur de campagne de Marine Le Pen

Mon ami Magid Tabouri a écrit un billet sur le blog de notre section PS qui exprime parfaitement ma perception du discours politique actuel : stigmatisation, peur de l'altérité, repli identitaire.

 

Portrait_Magig_Tabouri.jpg

«  Les français ont parfois le sentiment de ne plus être chez eux  », Claude Guéant, ministre de l’Intérieur.

Cette phrase prononcée par le fidèle lieutenant de Nicolas Sarkozy sonne le glas d’une certaine idée de la France, terre d’intégration républicaine, terre de valeurs d’égalité, de liberté, de fraternité, terre d’une communauté de destin d’origines diverses qui a fait et qui continue de faire l’Histoire de notre pays.

Englué dans sa stratégie de siphonner l’électorat du Front National, paniqué par les intentions de votes au profit de Marine Le Pen, Nicolas Sarkozy a choisi le pire, faire la course aux idées nauséabondes et à la stigmatisation.

Il est persuadé qu’en période de crise et de repli identitaire, n’ayant aucune solution économique et sociale, le citoyen, l’électeur a besoin d’un bouc émissaire pour se rassurer et pour entrevoir des perspectives.

Ce bouc émissaire, cette victime expiatoire est toute désignée : le musulman, l’arabe, l ‘indigène !

Alors que de l’autre côté de la méditerranée, un formidable souffle de liberté est porté par les peuples arabes, en France, pays des droits de l’homme, l’heure est à la normalisation des idées néo-colonialistes !

On accuse les français de confession musulmane des maux de la société française et dans le meilleur des cas, on a une vision paternaliste et condescendante à leur endroit.

C’est à l’ensemble du peuple français et d’abord au peuple de gauche, de s’indigner, de se révolter avec les moyens dont dispose notre démocratie.

Le racisme n’est pas une opinion, c’est un délit !

« La démocratie n’est pas un sport de spectateurs »  disait Jaurès !

Devenez acteurs, acteurs du changement, ce n’est pas une option, c’est un devoir !

Sarkozy et toute sa famille UMP doivent partir en 2012 !

Magid TABOURI

Publié dans Homo Politicus | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : magid tabouri, république, gauche | |

lundi, 28 février 2011

La newsletter des élus socialistes de Bondy

Bannière_newsletter.jpg

 

Téléchargez ici la newsletter des élus socialistes de Bondy, Post Scriptum : newsletter n°1

Publié dans Homo Politicus | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bondy, élus socialistes, post scriptum, ps bondy | |

dimanche, 30 janvier 2011

The Rockestra Project

 

the rockestra project,led zeppelin,the beatles,maîtrise de radio france,bondy,laurent quinet

 

 

Au hasard de mes pérégrinations sur le web, je suis tombé sur un projet musical hors normes...

 

Imaginez des kids, en formation musicale dans un conservatoire, qui avec leurs professeurs d'instruments décident de travailler des standards de la rock music plutôt que les sempiternelles pièces classiques. Beethoven, Mozart, Bach, c'est bien, il faut intégrer ça dans son patrimoine culturel perso, sans aucun doute. Mais travailler des reprises des Beatles, de Led Zeppelin et même de Metallica ! quand on est adolescent, ça doit motiver un max. Remarquez, ces gosses sont les filles et fils de quadra comme vous et moi. On a plus souvent été "biberonnés" aux mêmes groupes précités qu'à Chopin ou Dvorak, hein !

 

Je vous présente donc quelques extraits live du projet ROCKESTRA de l'Orchestre de Jeunesse de l'état du New jersey. Orchestre, classique à la base, sans doute dans l'esprit de ce que nous connaissons à Bondy avec notre Maîtrise de Radio France et la formation musicale de très bon niveau dispensée par le Conservatoire Municipal (peut-être d'ailleurs que la Maîtrise et le Conservatoire ont dans leurs cartons de semblables projet ? Il faut que je me renseigne...), cette formation nous offre des "covers" stratosphériques de While my guitar gently weeps (des Beatles bande d'ignares !) et des monstrueux Kashmir et Stairway to Heaven du Grand Dirigeable. Comme j'ai coutume de l'écrire... Enjoy ! 

 

 

 

 

samedi, 29 janvier 2011

Fusion de Grand Paris et d'Arc Express, une chance pour Bondy

Grand_Paris_Arc_Express.gif

 

Mercredi 26 janvier, l’Etat et la Région Ile-de-France ont conclu un accord fondamental pour l’avenir des transports franciliens, le développement de la Seine-Saint-Denis et la qualité de vie de ses habitants.

 

L’accord entérine le principe d’une double boucle de métro automatique à l’Est de l’Ile de France, le « Grand Huit » du projet Grand Paris et « Arc Express » soutenu par la Région IdF. Les décideurs politiques de droite et de gauche ont su s’entendre sur un projet global qui mixera deux approches considérées initialement comme concurrentes et inconciliables. L’intelligence et le pragmatisme de cette décision vont transformer la Seine-Saint-Denis, les territoires de l’intercommunalité Est Ensemble et, plus particulièrement, Bondy. On ne parlera plus des « zones arides » décrites avec mépris par Christian Blanc. On en finira avec les villes dortoirs pour des centaines de milliers de salariés qui « atterrissaient » en Seine-Saint-Denis « faute de mieux ». Nos territoires, nos villes, nos quartiers vont devenir les moteurs du développement francilien des deux prochaines décennies. On viendra vivre en Seine-Saint-Denis parce qu’on en aura envie, tout simplement.

 

Le quotidien des Bondynois, et plus largement de l’ensemble des Sequano-Dyonisiens, va changer pour le meilleur. Imaginez que l’on pourra traverser l’ensemble du département en transports en commun en une vingtaine de minutes contre au moins 1h30 actuellement ! Bondy est d’ailleurs particulièrement bien servie en ayant l’assurance de deux stations de « supermétro ». Stations qui seront situées au Pont de Bondy et à la Gare RER E. Je tiens d’ailleurs à remercier Claude Bartolone (Président du Conseil Général) et notre Maire, Gilbert Roger, pour leur rôle décisif dans le choix du tracé.  

 

Bondy ainsi désenclavée va devenir dans les prochaines années un territoire de l’excellence, de l’innovation, du mouvement et du bon vivre ! Nous travaillons d’ailleurs très activement sur le projet d’aménagement de l’ex-RN3 et du Canal de l’Ourcq pour en faire l’épicentre de la cité d’avenir et de progrès que sera Bondy. Je garde en mémoire ces paroles d’Antoine Grumbach, le grand architecte qui travaille avec nous sur ce projet : « Le secteur du Canal de l’Ourcq doit devenir les Champs-Élysées de l’Est Francilien ». Oui, ne fixons pas de limites à nos ambitions pour nos territoires !    

lundi, 17 janvier 2011

Banlieues et médias : un rendez-vous manqué ? (conférence avec Audrey Pulvar)

Dès janvier, Bondy organise, en partenariat avec la fondation progressiste Terra Nova, une série de conférence sur des thèmes d'actualité : discrimination positive, médias, addictions, communautarisme, entre autres.

 

Quelle est la responsabilité de la TV quand il s'agit de décrire la vie de nos quartiers ? Quelle est le pouvoir des images quand il s'agit d'exposer la réalité sociale des banlieues ? Qu'en est-il de la fracture entre les médias et la banlieue ?

 

Audrey Pulvar, journaliste à France-Inter et I-télé, répondra à ces questions lors de la conférence du 19 janvier prochain à 20h30, Espace Marcel Chauzy (Hôtel de Ville de Bondy).

 

Terra_Nova_1.jpg

 

Publié dans Homo Politicus | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : audrey pulvar, terra nova, media, banlieue | |

dimanche, 16 janvier 2011

Le culte du temple sonique

the-cult-1.jpg

 

Tiens ça faisait longtemps que je n'avais pas déposé de la bonne zik sur ce blog...

 

 

Dans un souci constant d'éduquer les masses, j'entreprends donc de vous initier ce soir au cultissime, The Cult...

Oui, jamais groupe n'aura si bien porté son nom. Après un départ assez fulgurant, sur les bases de 4 premiers excellents albums qui marquèrent leur époque (les 80s) par un post-punk gothic rock, parfois teinté de hard rock aux influences "zeppeliniennes", les années 90 et 2000 les ont vus retomber dans un relatif anonymat au gré des échecs commerciaux, des changements radicaux de look (je vous laisse apprécier les photos), des splits et des reformations.the-cult-2.jpg

 

Mais les fans, les vrais, dont je suis, n'ont jamais eu de cesse de réserver une place de choix à ces anglais électriques dans leur discothèque. Alors je vous invite à les découvrir ou redécouvrir avec deux morceaux de choix. Une interprétation live (2001) du fabuleux Rain (1985) et le clip (1989) de Edie Ciao Baby (sur l'album Sonic Temple, disque de platine aux US), chanson dédiée à la destinée tragique d'Edie Sedgwick, tour à tour muse d'Andy Warhol et de Bob Dylan, décédée d'une overdose en novembre 1971 à l'âge de 28 ans.

 


the-cult-4.jpgAh, en bonus, je vous "offre" le live de Fire Woman. Pourquoi ? Parce que j'adore cette chanson, tout simplement et que ce live recording respire l'authenticité avec un Ian Astbury qui oublie qu'il n'a plus 20 ans et s'époumone à courir partout sur la scène. Par contre Billy Duffy envoie méchamment du bois avec une Gibson au son énorme ! Je vous l'ai déjà dit, je suis fan ^_~ 

 

 

 

 

 

 

 

 

samedi, 15 janvier 2011

Tunisie, année zéro

 

BenAli_Sarko.jpg

 

 

Une fois de plus, le peuple et la liberté d'expression ont su vaincre la répression policière et le meurtre d'état. Ben Ali, le dictateur tunisien est en fuite. Je ne suis pas loin de penser que la Tunisie est sur le point d'acquérir enfin sa véritable indépendance, une sorte d'année zéro de la liberté, celle de 1956 n'étant que de façade tant le pays est resté arrimé politiquement et économiquement à la France. Il n'y a qu'à se souvenir de Sarkozy premier des chefs d’Etat (et l’un des seuls) à féliciter Ben Ali lors de sa « réélection triomphale » de 2009 ou, pire, n'hésitant pas à déclarer lors de l’un de ses voyages en Tunisie, le 28 avril 2008 : «  Votre pays s’est engagé dans la promotion des droits universels et des libertés fondamentales… ». "Notre" président n'a pas son pareil quand il s'agit d'assumer la "real politik" française.

 

D'ailleurs, si l'on doit se réjouir de l'évènement historique qui se déroule sous nos yeux, il faut aussi être conscient que le peuple tunisien n'est pas au bout de ses peines. Les scènes de pillage (ou des policiers prennent part !) relayées sur le net et le fait que toute la clique politique qui entourait Ben Ali a toujours en main les commandes du pays laissent augurer quelques lendemains difficiles. Quid également du rôle politique que pourrait avoir l'armée ? Tout cela reste donc très mouvant et fragile. Même si l'on sait que cette dynamique révolutionnaire ne pourra plus être stoppée, il pourrait encore y avoir du sang et des larmes. Si seulement je pouvais me tromper sur ce point...

 

Cette séquence où la liberté prend le dessus sur la tyrannie et la loi des marchés (Ben Ali était un chouchou de la finance mondiale) met aussi en lumière la nature réelle de la politique étrangère du gouvernement Sarkozy/Fillon et les limites de sa pensée politique en la matière. Plutôt que de disserter sur le sujet, je vous livre un florilège de citations gouvernementales des derniers jours (riez, pleurez, indignez vous, c'est au choix) :

 

François Baroin : condamner la répression serait faire preuve d'ingérence

Bruno Lemaire : Ben Ali est quelqu’un qui est souvent mal jugé mais qui a fait beaucoup de choses

Michelle Alliot-Marie : propose à Ben Ali "le savoir-faire" de nos forces de sécurité !

Et pour conclure, la cerise sur le gâteau, le communiqué de Presse du gouvernement français hier soir : la France prend acte de la transition constitutionnelle. Aucun mot pour le peuple tunisien, la démocratie et la liberté !

 

Au même moment, le Président Obama déclarait : je condamne et déplore le recours à la violence contre des citoyens qui ont exprimé de façon pacifique leur opinion en Tunisie et je salue le courage et la dignité du peuple tunisien. Je vous laisse méditer sur cette différence de perception entre la Maison Blanche et l'Elysée.

Publié dans Good vibes, Homo Politicus | Lien permanent | Tags : tunisie, ben ali, obama, sarkozy, laurent quinet | |

jeudi, 13 janvier 2011

Les collèges de la Seine-Saint-Denis sacrifiés

 

Ci-dessous le communiqué de presse de Claude Bartolone relatif à la suppression des postes dans les collèges de Seine-Saint-Denis.

 
Claude_Bartolone.jpgSUPPRESSION DE POSTES :
LES COLLÈGES DE LA SEINE-SAINT-DENIS SACRIFIÉS

 

J’ai pris connaissance aujourd’hui de la répartition des suppressions de postes par département pour l’Académie de Créteil : la Seine-Saint-Denis est à nouveau sacrifiée ! Cette situation est totalement inadmissible !

La Seine-Saint-Denis est le seul département de l’académie qui perd des postes dans ses collèges avec 40 suppressions !

 

Pourtant, cette année l’évolution démographique de notre département fait qu’il y a l’équivalent d’un collège en plus. En 2013, nous aurons 3500 collégiens supplémentaires  soit  un total 70 000 collégiens !  C’est pour répondre à cette évolution que le Conseil général s’est engagé dans un Plan exceptionnel d’investissement d’un montant de 703 millions visant à la construction et la rénovation de 21 collèges, 9 cuisines centrales et 12 gymnases.  

 

« Le Ministère de l’Education ne semble vraiment pas prendre la mesure de la situation du département. Cela m’inquiète tout particulièrement »

Il justifie cette baisse par un taux d’encadrement supérieur en Seine-Saint-Denis. Comment peut-on sous-entendre, quand on connait la situation économique et sociale de ce département, les difficultés qu’il traverse, que la Seine-Saint-Denis est un territoire privilégié ?

Non seulement le Ministre continue de sacrifier méthodiquement l’ensemble du service public d’éducation, mais par ses décisions, va accentuer dramatiquement les difficultés des collégiens de la Seine-Saint-Denis et obérer leur chance de bénéficier d’une école publique seule garante d’un enseignement de qualité accessible à tous.

 

Cette politique va déstabiliser encore un peu plus un système déjà fragile. Tous les rapports récents, comme le rapport PISA, ont montré un accroissement des inégalités. En Seine-Saint-Denis, les taux de réussite sont inférieurs de presque 10 points à la moyenne nationale ! 54% des élèves sont issus d’une catégorie sociale dite « défavorisée ». Aujourd’hui les annonces du gouvernement ne vont que renforcer cette situation.

 

Je demande aux associations de parents d’élèves et à l’ensemble de la communauté éducative de notre département de se mobiliser contre cette décision.

 

Claude bartolone